Un iranien est une personne qui pratique l’art du « Taarof ». Périlleux pour les débutants, automatisme pour les plus entraînés, une chose est sûre : le taarof est un concept bien difficile à expliquer !

Le « taarof » ? De quoi parle-t-on ?

Le taarof est une forme très subtile de communication, qui peut être décrit comme une sorte d’extrême politesse ou de courtoisie, où vous essayez de de montrer votre humilité à votre interlocuteur. Les iraniens ont recours à cette forme de jeu verbal au quotidien, avec leur famille, leurs amis et avec les personnes étrangères.

Et si on passait directement à un premier exemple ?

Vous déjeunez avec votre grand-mère. Elle demande si vous voulez vous resservir (parce que bon, c’est bien le rôle des grands-mères de vous proposer à manger bien que vous vous soyez déjà resservi(e)s trois fois). C’est là que doit intervenir votre Taarof : vous devez toujours commencer par refuser poliment ce genre de proposition ! Si vous acceptez tout de suite, votre comportement pourrait être perçu comme impoli ! Et ceci s’applique au sein de votre famille (à moindre degré) mais surtout lorsque vous êtes invités chez une personne en dehors de votre cercle familial.

Donc vous refusez la première fois, et selon les lois du taarof, votre grand-mère vous demandera une seconde fois de vous resservir, tout en veillant à insister un peu plus sur sa proposition. Vous pouvez maintenant accepter  de vous resservir ou bien…. continuer le taarof  un ou plusieurs tour (s) de plus !

Je sens que je vous perds là!  Un autre exemple, peut-être ?

Vous êtes dans un taxi, vous arrivez à votre destination. Vous demandez à votre chauffeur combien vous lui devez. Et bien le chauffeur, parfait iranien qui connait l’art du taarof, vous répondra quelque chose comme « Oh vous ne me devez rien, je vous offre la course » ! Et oui, croyez-moi c’est bien ce qu’il vous répondra !

Mais attention car il vous fait  un simple taarof, et non une réelle offre. Donc vous restez sagement assis dans la voiture et vous lui posez la question une seconde fois, en disant par exemple « c’est très gentil à vous merci, mais dites moi s’il vous plaît combien je vous dois ». Le chauffeur pourra enfin vous communiquer le montant … ou pas ! Ce qui signifie que vous êtes partis pour un troisième tour de taarof, à l’issue duquel vous pourrez finalement régler la note et quitter sereinement la voiture

A vous de pratiquer !

Vous en savez maintenant un peu plus sur le taarof, fabuleux n’est-ce pas? Gardez en tête que le Taarof implique toujours un contact mutuel. Vous pouvez être la personne déclenchant le taarof, ou bien la personne en recevant un, auquel cas on attendra de vous d’y répondre par…un tour de taarof bien entendu !

Les iraniens peuvent prolonger le Taarof jusqu’à différents niveaux, certains vont adorer y « jouer » toute la journée, certains s’arrêteront au second tour. Si vous avez un (e) ami (e) iranien (ne) autour de vous, n’hésitez pas à lui montrez lui vos compétences en la matière. Lequel d’entre-vous craquera le premier ?

Et voici une petite vidéo très drôle que j’ai trouvé, expliquant ce concept à travers divers exemples ! Amusez-vous bien !


0 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *